Paranormal Complot Esotemyst
Inscrivez vous pour participer aux discutions.


Paranormal complots mystères
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Un nouveau virus fait des ravages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
aurie

avatar

Messages : 1132
Date de naissance : 25/05/1954
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 63
Localisation : belgique

MessageSujet: Un nouveau virus fait des ravages   Mer 5 Mai - 16:30

Grèce, Portugal, Espagne : la crise de la dette souveraine s'étend
Un nouveau virus fait des ravages dans le monde ces derniers jours. Pire que la grippe A, il a déjà atteint trois pays, et la contagion menace de s'étendre comme un feu de paille. Les autorités -- malgré des interventions répétées -- sont incapables d'endiguer l'épidémie. Le nom de cette redoutable maladie ? La "dégradation de la dette souveraine".

La Grèce a été atteinte la première. Mme Lagarde, ministre de l'Economie, ne voulait "même pas penser" à une possible contagion à d'autres pays... mais visiblement, elle n'aura pas vraiment le choix. Le virus est en effet passé au Portugal, puis à la Grèce. En Grande-Bretagne, on se tâte le front d'un air inquiet. La France clame avec conviction qu'elle va très bien, Madame la Marquise, sans que personne ne lui ai demandé quoi que ce soit. Personne n'est à l'abri.

Angel Gurria, à la tête de l'OCDE, compare la crise au virus Ebola : "c'est comme Ebola. Lorsque vous réalisez que vous êtes atteint, vous devez vous couper la jambe pour survivre", disait-il en citation dans le Guardian. Dur... mais réaliste.

Toutefois, la comparaison de Bill aujourd'hui me semble plus pertinente : une MST. La fièvre de l'endettement des Etats n'est pas une maladie qui frappe au hasard ; c'est une conduite à risque qui entraîne des conséquences graves. Demandez à l'Islande ou au Zimbabwe ce qu'ils pensent des emprunts gouvernementaux excessifs et de l'usage "non protégé" de la planche à billets.

Et ce n'est pas tout : que font les autorités pour résoudre le problème ? On exige des "engagements" et des "plans d'austérité" dont on sait parfaitement qu'ils ont autant de valeur curative qu'un cataplasme sur une jambe de bois... et puis on jette des milliards d'euros dans la bataille. Plus de 100 milliards, pour être précis. D'où vient cet argent ?

Angela Merkel s'indigne et sous-entend que la Grèce n'aurait pas dû rejoindre la Zone euro ; dira-t-elle la même chose de l'Espagne, dont le PIB représente cinq fois celui de la Grèce ou du Portugal ?

De toute façon, malgré les déclarations d'intention, tirades vertueuses et autres repentances de façade, les choses sont claires : les Etats, au lieu d'avaler l'amère pilule qui pourrait les mener à la convalescence, se conduisent -- si vous me pardonnez cette comparaison -- comme des adolescents pressés de "conclure" alors qu'ils ont oublié leurs préservatifs à la maison.

▪ La journée d'hier a donc été mauvaise, comme on pouvait s'en douter, sur les marchés européens. Le CAC 40 a reculé de 1,5% en clôture, après avoir perdu jusqu'à 2,5% en séance ; il a terminé la journée à 3 787 points. En une semaine, il a franchi à la baisse le seuil des 3 900 puis des 3 800 points... A Londres, le Footsie a chuté de 2,61% : les Anglais se sentiraient-ils particulièrement menacés ? A Francfort, enfin, le DAX a reculé de 1,22%.

C'est l'euro, bien entendu, qui a le plus souffert de la crise qui agite l'Europe. La monnaie unique continue de chuter, à 1,3124 $ hier en fin de journée, son plus bas niveau depuis un an.

Faut-il rappeler que la faiblesse de l'euro ne signifie pas pour autant que le dollar est une monnaie forte ? Visiblement, quelques investisseurs l'ont oublié, préférant -- contre toute raison -- se réfugier dans le billet vert que dans le métal jaune : ce dernier a chuté de 3,25 $ entre le premier et le second fixing londonien hier, à 1 161 $.

▪ Du côté des marchés américains, la Fed a permis de sauver les meubles ; elle maintient ses taux "d'urgence" vieux de bientôt 10 ans... et a "fait preuve d'un optimisme mesuré mercredi", selon Investir.fr, "expliquant qu'elle percevait une amélioration de l'économie et un début d'amélioration sur le marché de l'emploi, tout en promettant de maintenir ses taux à leurs niveaux actuels pour une 'période prolongée'."

Tout ça a mis du baume au coeur des places US, qui ont réussi à clôturer dans le vert -- de justesse pour le Nasdaq, qui a grappillé 0,01% à 2 471,73. Le Dow Jones faisait mieux, avec +0,48% et 11 045,27 points, tandis que le S&P 500 gagnait 0,65%, à 1 191,36 points.

Je rappelle, juste au passage, que les agences de notation ont déjà évoqué la possibilité de dégrader la note de la dette souveraine américaine ; tout l'Atlantique n'arrêtera pas la marche du virus

http://www.la-chronique-agora.com/articles/20100429-2693.html

qu'en pensez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
toni68

avatar

Messages : 450
Date de naissance : 04/04/1984
Date d'inscription : 11/04/2010
Age : 33
Localisation : mulhouse

MessageSujet: Re: Un nouveau virus fait des ravages   Mer 5 Mai - 17:35

c est normal,tout va bien. pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurie

avatar

Messages : 1132
Date de naissance : 25/05/1954
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 63
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Un nouveau virus fait des ravages   Mer 5 Mai - 17:43

comme tu dis Toni

alors pour suvre un peu les nouvelles de la Grèce : En marge de la protestation contre l'austérité, des jeunes ont lancé des cocktails molotov contre une banque. Des magasins et des abris-bus ont été détruits à coup de barres de fer

Alors que la Grèce était de nouveau quasi-paralysée mercredi 5 mai par une grève générale, la manifestation à Athènes a dégénéré en violences Au moins trois personnes ont été tuées mercredi 5 mai dans l'incendie d'une banque déclenché par des cocktails Molotov à Athènes où de violents affrontements ont éclaté.

Plusieurs dizaines de jeunes ont lancé des cocktails Molotov contre un immeuble abritant une agence de la banque Marfin dans le centre de la capitale grecque, mettant le feu au bâtiment alors qu'une vingtaine de personnes se trouvaient à l'intérieur. Au moins trois personnes, deux femmes et un homme, ont péri dans les flammes, a affirmé la police grecque à l'AFP, tandis que les pompiers ont pu évacuer à temps quatre autres personnes.

Les pompiers étaient à la recherche d'éventuelles autres victimes.

En photos [EN IMAGES] Les manifestations contre l'austérité en Grèce
L'incendie a ensuite été maîtrisé mais de la fumée se dégageait toujours du deuxième étage, a constaté un journaliste de l'AFP.

Deux autres bâtiments administratifs du centre d'Athènes ont également été incendiés, a ensuite annoncé la police. On ignorait dans l'immédiat si des personnes se trouvaient à l'intérieur.

Par ailleurs, de violents affrontements ont éclaté non loin de là, devant le Parlement grec, entre jeunes et policiers en tenue anti-émeutes, après un face à face tendu.

Les manifestants ont lancé plusieurs cocktails Molotov contre des magasins, incendiant également une fourgonnette de la police et un véhicule des pompiers, selon les journalistes de l'AFP. Les policiers ont riposté par des gaz lacrymogènes, dont les vapeurs ont envahi tout le centre de la capitale.

A Salonique (nord), deuxième grande ville de Grèce, des jeunes manifestants ont jeté des pierres contre des magasins et des agences bancaires du centre de la ville au cours de la manifestation. Les policiers ont également riposté à coup de gaz lacrimogènes.


La police en "état d'alerte générale"

La police d'Athènes a été placée en "état d'alerte générale" pour faire face au déchaînement de violences, a annoncé une source policière à l'AFP.

L'état "d'alerte générale", mesure rarement employée, consiste à mobiliser toutes les forces de police disponibles et à rappeler les policiers en congés, a précisé une autre source policière.

Les forces de police effectuaient en milieu d'après-midi des opérations dans le quartier contestataire d'Exarchia, fief des anarcho-autonomes en tentant de retrouver les auteurs des troubles et les responsables de l'incendie mortel.

Les policiers avaient procédé à quatre interpellations en milieu d'après-midi.

Un calme précaire était revenu dans le centre de la capitale après les violents incidents. Les abords du parlement étaient vides de manifestants mais étaient jonchés de débris brûlés, traces des violents affrontements du début de l'après-midi, selon une autre source policière

la suite sur http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20100505.OBS3465/athenes-3-morts-dans-un-incendie-en-marge-des-manifestations.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nouveau virus fait des ravages   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau virus fait des ravages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau virus ???
» Loi martiale en Ukraine - nouveau virus - peste pneumonique?
» Les ravages du discours religieux récurrent.
» nouveau virus
» Attention: Un nouveau virus qui attaque les profils Facebook!.. Mettre à jour son antivirus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paranormal Complot Esotemyst :: Pause Discussions :: Pause Discussions-
Sauter vers: